Accessoires

Les boissons énergétiques

Une boisson pour l’effort

Chaque cycliste le sait, pour pédaler longtemps, il faut surveiller sa condition physique, son alimentation et surtout son hydratation. La boisson contenue dans le bidon, accrochée sur le cadre du vélo, a un rôle essentiel pendant l’effort.

Traditionnellement, le coureur se préparait un bidon de 500 ml d’eau dans lequel il ajoutait 3 morceaux de sucre, afin de compenser ses pertes énergétiques. Le sucre en morceau, association de glucose et de fructose, permet sans nul doute d’éviter l’hypoglycémie générée par l’effort du au pédalage intensif. Celui-ci, réalisé généralement pendant 2 à 4 heures, représente une énorme consommation énergétique. Il faut donc la compenser et éviter le coup de fatigue par un apport énergétique suffisant. En effet, rouler pendant plus de 2 heures entraine la consommation des réserves musculaires en glycogène. Ce phénomène provoquer la sensation de faim dans un premier temps, l’hypoglycémie et finalement une contre-performance, loin d’être souhaitée par le compétiteur.

Malgré les conseils nutritionnels qui peuvent être prodigué aux sportifs, certains continuent de vouloir ne boire que de l’eau. Adeptes de la perte de poids, pour être plus léger sur son vélo, le sportif sollicite ses acides gras corporels de façon dangereuse et finit par puiser dans son potentiel musculaire. Les effets peuvent être vite désastreux : risque de blessure, mauvaise qualité de récupération et problèmes de régénération musculaire. Certains tentent alors de se reposer sur un apport alimentaire solide avec des barres céréalières, des pâtes de fruits et autres sources de sucre qui ne sont pas forcément les meilleures dans ce cas. L’hydratation sucrée reste le plus recommandé.

Les préparations sucrées

Vous pouvez vous simplifier la vie en portant votre choix sur les gammes de boissons énergétiques commercialisées un peu partout. Avec un choix pouvant satisfaire la majorité des gouts des cyclistes, elles sont tout aussi faciles que rapides à préparer. Surveillées par la Société française de nutrition du sport, elles sont sécurisées vis-à-vis du dopage, car normalisées AFNOR.

Elles présentent toutefois un inconvénient : la composition en sucre est pour certaines trop élevée. Il est possible de trouver entre 60 et 80 g/l de glucides dans une boisson alors que la meilleure digestibilité se situe autour de 30 g/l. Si vous tenez à utiliser cette solution, n’hésitez pas à vous adresser à un coach sportif ou un diététicien diplômé en nutrition du sport afin d’adapter la boisson à vos besoins réels en la matière.

Les nouvelles boissons énergétiques

 

Les fabricants de boissons énergétiques sponsorisent depuis déjà quelques années de nombreuses équipes de coureurs. Les dernières générations de boissons sont basées sur des hydrogels. Faciles à utiliser, elles offrent une excellente tolérance, un bon taux d’hydratation et une assimilation renforcée. L’innovation de ces nouvelles boissons vient d’une idée simple : encapsuler les glucides dans des hydrogels afin d’éviter de provoquer un ralentissement de la vidange gastrique qui peut exister dans le cas de boissons trop sucrées. Ce principe permet ainsi de laisser passer de plus grandes doses de sucre sans effets indésirables. Certaines marques ont ainsi pu porter la quantité de 7% de glucides des boissons sportives traditionnelles à 14%. Ces taux de sucre favorisent l’endurance, repoussent les périodes de fringale et certaines limites peuvent donc être repoussées.

Personnaliser ses tenues

Avez-vous pensé à personnaliser votre tenue ?

Toute personne qui se lance dans le cyclisme sait que les vêtements sont essentiels pour obtenir des meilleures performances et assurer aussi une sécurité maximale.

De nombreuses marques proposent tout une gamme de produits qui peuvent satisfaire tout un chacun, en termes de qualité, de couleur, de prix, … Vous pouvez toutefois chercher à vous écarter des produits proposés dans le commerce. Vous pouvez ainsi penser à commander des maillots personnalisés que ce soit pour toute une équipe de cyclistes ou pour la participation à des événements sportifs, mais aussi tout simplement pour vous faire plaisir à titre individuel.

De fait, pendant les événements sportifs, il est très important d’être identifiable parmi les autres cyclistes par les couleurs et l’image du maillot… L’achat d’un uniforme unique pour toute l’équipe peut être un choix important pour créer un sentiment de cohésion, d’union et d’appartenance dès les premières rencontres.

C’est également une excellente idée pour donner un coup de pouce supplémentaire pendant les séances d’entraînement et entretenir la passion du sport.

Il est aussi possible d’avoir un uniforme pour la formation et un autre exclusivement pour les événements publics, avec le même logo mais en utilisant des couleurs différentes.

Que vous ayez besoin d’un maillot personnalisé qui vous distingue des autres cyclistes lors des courses et événements ou pendant l’entraînement, que vous souhaitiez créer un maillot commun pour votre équipe de cyclistes en utilisant les mêmes couleurs avec le logo de l’équipe, c’est une idée qui se fait de plus en plus et pour des prix qui restent raisonnables.

Tee-shirts à manches courtes ou longues, gilets pour les courses d’automne, de nombreux articles sont disponibles pour vous donner un maximum de choix et laisser libre cours à votre imagination. Il est désormais possible aussi de conjuguer, en plus des maillots, les vestes, cuissards, collants ou combinaisons de cyclisme. Rien n’est plus agréable que de rouler en peloton avec des tenues uniformes à vos couleurs, représentant vos valeurs, voire mettre en valeur les sponsors de votre club ou de votre association.

Ainsi, si vous devez créer un modèle pour une course importante, vous pouvez choisir des styles, des couleurs et des imprimés qui vous rendront unique et incomparable parmi les autres cyclistes.

Quel que soit le site ou la boutique vers lesquels vous vous tournerez, des opérateurs vous soutiendront de manière professionnelle à chaque étape de la conception de vos modèles afin que vous puissiez créer vous-même vos maillots de cyclisme !

Choisissez les couleurs, le modèle, la taille, identifiez le logo et le nombre d’unités dont vous avez besoin, créez vous-même le maillot dont vous avez besoin et le tour est joué.

Le processus d’impression et de personnalisation est très simple et vous garantit la meilleure qualité à un prix très abordable. Bon nombre d’entreprises proposent la création de vos maillots personnalisés grâce à un configurateur 3D qui vous permet de visualiser de la façon la plus réaliste possible votre création avant même son impression test.

Si vous n’êtes pas satisfaits, vous pouvez reprendre chaque détail en modifiant les couleurs, les motifs ainsi que le positionnement des logos et des marques des sponsors. De vrais experts en sérigraphie et en impression numérique vont vous accompagner à chaque étape de la création pour le marquage des vos vêtements.

Désormais, vous pouvez trouver rapidement des impressions de qualité et avoir ainsi des vêtements agréables à porter et adaptés à vos envies et celles de votre club. Accessibles, la fabrication pourra être aussi bien faite au niveau européen ou français selon vos préférences, tout en respectant un niveau de technicité élevé.

Et si vous ne souhaitez pas vous déplacer, il est tout à fait possible de choisir et commander depuis le confort de votre bureau, de chez vous. Dans ce cas, une fois le modèle créé et validé par vos soins, il ne vous restera plus qu’à conformer votre commande et préciser le nombre de T-shirts à imprimer, les couleurs, les modèles, les tailles ainsi que l’adresse à laquelle l’ensemble doit être livré.

En quelques semaines, votre commande sera prête et livrée à votre domicile, pour commencer une nouvelle aventure à vélo, accompagnée des vêtements dont vous avez toujours rêvé et qui vous rendent si unique.

Et les chaussures!

Chaque discipline trouve chaussure à son pied : la route, le tout terrain, le cyclotourisme, le VTT de descente, le triathlon ou même le Gravel. Chaque pratique et chaque niveau de pratique, débutant, régulier ou professionnel, le port de chaussures adaptées est un élément indispensable à la fois au confort et aux performances. Les prix suivent aussi la qualité du confort et de la pratique. Ainsi ils s’étendent de quelques dizaines à plusieurs centaines d’euros selon leurs spécificités, les caractéristiques, le confort et même l’esthétisme.

Au vu de la gamme de choix qui vous est offerte, il faut savoir quels éléments sont à prendre en compte pour choisir la paire de chaussures qu’il vous faut. De base, une chaussure de vélo comporte trois parties : la semelle qui est en contact avec la pédale, par
l’intermédiaire d’une cale, la tige et le serrage.

La semelle de la chaussure.

Elle est essentielle car permet de créer une bonne connexion entre votre corps et la pédale de votre vélo. Le mouvement de pédalage circulaire qui vous est nécessaire pour propulser votre vélo est en réalité la combinaison de 2 phases : la poussée quand vous appuyez sur les pédales mais aussi la remontée quand vous tirez la pédale vers le haut. Ce double effort doit être réalisé pour effacer les points morts haut et bas. La semelle doit donc offrir une certaine rigidité lorsque vous appuyez sur les pédales. Vous aurez donc le choix entre des semelles rigides et semi-rigides.

La semelle semi-rigide composée par un alliage, souvent en nylon ou fibre de verre ou polyamide, sera préférée par les cyclistes débutants pour sa souplesse et son confort. Quand au cycliste régulier ou en recherche performance, il portera sa préférence sur les semelles rigides. Légères, conçues la plupart du temps en carbone, elles offrent l’avantage de ne pas se déformer sous la poussée, même si elles sont nettement plus inconfortables.

Le serrage

Tout aussi important que la semelle, le serrage permet au cycliste d’avoir un bon maintien du pied dans la chaussure afin que celui-ci ne se décolle pour ne flotte à l’intérieur de la chaussure. Un bon ajustement est nécessaire quel que soit son niveau de pratique. En revanche, un débutant n’aura pas besoin d’une hyper fixation. Il existe différents types de serrages : à scratchs ou velcros, avec lacets ou avec sangles micrométriques.

Les lacets offrent un bon ajustement mais si vous avez eu le malheur de trop serrer au départ, ce ne sera pas pratique pour vous de devoir s’arrêter, déclipser les pédales, de défaire puis de refaire les lacets. Malgré tout, ils font un retour en force ces dernières années même au niveau de modèles haut de gamme du fait qu’ils ne renient pas la rigidité et la performance. Pratiques et solides, les velcros sont plutôt conseillés pour les débutants. Ils offrent un bon maintien du pied et sont faciles à ajuster même pendant que vous roulez. Toutefois, l’humidité peut leur occasionner une certaine perte d’adhérence. Reste le serrage micrométrique qui permet de régler vos chaussures en fonction de votre pied. L’utilisation de sangle ou de molette offre de pouvoir resserrer en roulant grâce à un système qui est très précis. Un compétiteur peut avoir plusieurs BOA, petites molettes rondes, pour avoir un pied bien fixé avec un serrage et un desserrage rapide et précis.

Le confort

Le serrage et la fixation se doivent d’être complétés par une bonne gestion du confort du pied. La morphologie de votre pied est importante, pied large ou fin, le chausson doit correspondre. Avec l’effort, le pied peut chauffer voire gonfler et dans ce cas, vous risquez d’en souffrir. Il faut donc bien vérifier que la chaussure n’est pas trop serrée quand vous la choisissez. Elle doit aussi être aérée et ventilée. Le must de la chaussure de compétition réside dans les modèles thermoformables : le chausson est modelé à votre pied sur mesure.

D’autre part, selon le modèle choisi, surtout dans le cas de modèles aérés, pendant les saisons plus froides, il vous sera toujours possible de mettre des chaussettes plus épaisses voire des couvre-chaussures. Celles-ci isolent du froid et de l’eau.

Enfin, le tarif n’est pas à négliger. Pour les modèles courants, les prix varient de 35 euros à 400 euros. Mais dès que vous vous intéressez à des modèles totalement sur mesure, les pris peuvent atteindre les 3500 euros. Ce n’est pas non plus à négliger.

Choisir son sac à dos de cycliste

Tout d’abord, nous devons faire la distinction entre les sacs à dos d’hydratation et les sacs à dos de stockage ordinaires. Nous pouvons trouver sur le marché des modèles de sacs à dos conçus presque exclusivement pour l’hydratation, comme la large gamme de sacs à dos Camelbak qui ont conçu une technologie appelée Antidote qui se développe comme
une valve et un sac qui sont à l’intérieur du sac à dos. Les liquides sont placés à l’intérieur de la poche, avec la valve à l’extérieur pour que vous puissiez vous hydrater confortablement quand vous en avez besoin. D’un autre côté, il y a les modèles normaux qui permettent de stocker toutes sortes d’outils vitaux pour le cycliste, comme nous l’avons déjà mentionné au début de ce texte.

 

Une fois que nous avons déterminé le type de sac à dos dont nous avons besoin, un autre élément à prendre en compte est le matériau dont il est fait. Il est conseillé de préférer les
matériaux respirants, pour éviter l’accumulation de la sueur sur le dos et les épaules, ce qui nous fera nous sentir plus frais et en général avec une meilleure température corporelle. Préférez également les sacs à dos de vélo fabriqués dans des matériaux résistants mais légers, comme le Camelbak Kudu 18 en maille 3D ultra-légère, ou le Massi River Backpack, en Cordura, qui est un tissu en nylon beaucoup plus résistant aux déchirures.

Poids du sac à dos, poids du vélo

Tout poids que vous mettez sur votre dos s’ajoute au poids global du vélo lorsque vous êtes dessus (surtout dans les montées), c’est pourquoi il est si important, en plus de ne transporter que ce dont vous avez besoin, que ce soit aussi léger que possible en soi, comme le sac à dos Lobo de Camelbak, fabriqué dans un tissu ultra-léger, avec des poches extérieures, une capacité de sac d’hydratation et un poids total de 490 grammes. Le fait qu’il dispose de poches est très utile car nous ne recommandons pas de porter des objets suspendus à l’extérieur, car cela provoquerait un déséquilibre du poids dû au mouvement. Une autre des grandes découvertes de la légèreté dans les sacs à dos de vélo est le Camelbak Aurora, pour les femmes cyclistes, avec un poids de seulement 280 grammes et un design très attrayant avec des couleurs puissantes.

Toutes ces considérations nous amènent à conclure que le choix d’un sac à dos cycliste adapté, doté de caractéristiques innovantes et d’un design confortable et résistant, que nous pratiquions le vélo de route ou le VTT, nous aidera à profiter de l’itinéraire que nous décidons, avec la tranquillité d’esprit et la sécurité de transporter tout ce dont nous avons besoin, sans rien de surchargé ni de manquant.