Et les chaussures!

Chaque discipline trouve chaussure à son pied : la route, le tout terrain, le cyclotourisme, le VTT de descente, le triathlon ou même le Gravel. Chaque pratique et chaque niveau de pratique, débutant, régulier ou professionnel, le port de chaussures adaptées est un élément indispensable à la fois au confort et aux performances. Les prix suivent aussi la qualité du confort et de la pratique. Ainsi ils s’étendent de quelques dizaines à plusieurs centaines d’euros selon leurs spécificités, les caractéristiques, le confort et même l’esthétisme.

Au vu de la gamme de choix qui vous est offerte, il faut savoir quels éléments sont à prendre en compte pour choisir la paire de chaussures qu’il vous faut. De base, une chaussure de vélo comporte trois parties : la semelle qui est en contact avec la pédale, par
l’intermédiaire d’une cale, la tige et le serrage.

La semelle de la chaussure.

Elle est essentielle car permet de créer une bonne connexion entre votre corps et la pédale de votre vélo. Le mouvement de pédalage circulaire qui vous est nécessaire pour propulser votre vélo est en réalité la combinaison de 2 phases : la poussée quand vous appuyez sur les pédales mais aussi la remontée quand vous tirez la pédale vers le haut. Ce double effort doit être réalisé pour effacer les points morts haut et bas. La semelle doit donc offrir une certaine rigidité lorsque vous appuyez sur les pédales. Vous aurez donc le choix entre des semelles rigides et semi-rigides.

La semelle semi-rigide composée par un alliage, souvent en nylon ou fibre de verre ou polyamide, sera préférée par les cyclistes débutants pour sa souplesse et son confort. Quand au cycliste régulier ou en recherche performance, il portera sa préférence sur les semelles rigides. Légères, conçues la plupart du temps en carbone, elles offrent l’avantage de ne pas se déformer sous la poussée, même si elles sont nettement plus inconfortables.

Le serrage

Tout aussi important que la semelle, le serrage permet au cycliste d’avoir un bon maintien du pied dans la chaussure afin que celui-ci ne se décolle pour ne flotte à l’intérieur de la chaussure. Un bon ajustement est nécessaire quel que soit son niveau de pratique. En revanche, un débutant n’aura pas besoin d’une hyper fixation. Il existe différents types de serrages : à scratchs ou velcros, avec lacets ou avec sangles micrométriques.

Les lacets offrent un bon ajustement mais si vous avez eu le malheur de trop serrer au départ, ce ne sera pas pratique pour vous de devoir s’arrêter, déclipser les pédales, de défaire puis de refaire les lacets. Malgré tout, ils font un retour en force ces dernières années même au niveau de modèles haut de gamme du fait qu’ils ne renient pas la rigidité et la performance. Pratiques et solides, les velcros sont plutôt conseillés pour les débutants. Ils offrent un bon maintien du pied et sont faciles à ajuster même pendant que vous roulez. Toutefois, l’humidité peut leur occasionner une certaine perte d’adhérence. Reste le serrage micrométrique qui permet de régler vos chaussures en fonction de votre pied. L’utilisation de sangle ou de molette offre de pouvoir resserrer en roulant grâce à un système qui est très précis. Un compétiteur peut avoir plusieurs BOA, petites molettes rondes, pour avoir un pied bien fixé avec un serrage et un desserrage rapide et précis.

Le confort

Le serrage et la fixation se doivent d’être complétés par une bonne gestion du confort du pied. La morphologie de votre pied est importante, pied large ou fin, le chausson doit correspondre. Avec l’effort, le pied peut chauffer voire gonfler et dans ce cas, vous risquez d’en souffrir. Il faut donc bien vérifier que la chaussure n’est pas trop serrée quand vous la choisissez. Elle doit aussi être aérée et ventilée. Le must de la chaussure de compétition réside dans les modèles thermoformables : le chausson est modelé à votre pied sur mesure.

D’autre part, selon le modèle choisi, surtout dans le cas de modèles aérés, pendant les saisons plus froides, il vous sera toujours possible de mettre des chaussettes plus épaisses voire des couvre-chaussures. Celles-ci isolent du froid et de l’eau.

Enfin, le tarif n’est pas à négliger. Pour les modèles courants, les prix varient de 35 euros à 400 euros. Mais dès que vous vous intéressez à des modèles totalement sur mesure, les pris peuvent atteindre les 3500 euros. Ce n’est pas non plus à négliger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.